J'ai racheté il y a quelque temps un ampli avec entrée "PHONO" et rebranché mon vieux tourne-disques… Depuis, dès qu'une brocante ou un centre Emmaüs me passe sous les yeux, j'en profite pour me refaire une collection de 33-tours. J'ai ainsi trouvé pour 1 euro 50 (oui, vraiment !) l'intégrale des symphonies de Mozart par Karl Böhm, et je me fais un plaisir d'en écouter une ou deux chaque matin.

Je ne vais pas cracher sur le numérique, qui rend bien des services, et sans lequel ce blog par exemple n'existerait pas. Mais penser que l'on puisse réduire la musique à des "zéro" et des "un" m'a toujours fait froid dans le dos.

Numérique rime avec fric ? Analogique rime avec magique...