Tag - contemporain

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, novembre 19 2012

Ulli Lust for life

http://youtu.be/r4JH-Mmpke0

Une improvisation sur le magnifique roman graphique "Trop n'est pas assez" d'Ulli Lust : le récit autobiographique du voyage qu'elle a fait à l'âge de 17 ans, en compagnie d'une amie, sans argent, à travers l'Italie. 

Plus qu'un roman, c'est aussi un véritable documentaire vécu de l'intérieur sur les punks dans les années 80, et la Sicile, où se terminera leur périple. 

Ulli Lust sait raconter, nous tenir en haleine, et elle sait dessiner avec audace et précision.

lundi, septembre 3 2012

Funambule



30 mètres au-dessus du sol, un funambule arpente un fil accroché entre deux pylônes. Aux extrémités de son balancier, deux bombes très puissantes. S'il tombe, il explose, et le public du Cirque avec.

Pourquoi tomberait-il ? Parce que le chapiteau est ouvert aux vents des typhons. Parce que les pylônes sont portés par deux éléphants. Ils bougent sans cesse.

Il va tomber. Il le sait. Le public le sait. Mais le Cirque est joyeux. 

Le nom de ce funambule ? Réacteur 4.

P.S. :

http://fukushima.over-blog.fr/article-la-piscine-4-de-fukushima-menace-les-terriens-109415172.html

jeudi, juin 3 2010

Marée noire



Outre mon commentaire musical que vous pouvez écouter, je voudrais ajouter quelques mots à ceux innombrables qui ont déjà été écrits au sujet de la marée noire aux Etats-Unis.

D'abord, revenir sur ce constat que l'on n'est plus dans le cas d'un bateau contenant une quantité définie de pétrole. Ici, la fuite ressemble à une éruption volcanique : on ne sait combien de temps elle durera, ni quelle quantité de pétrole s'échappera. 

Sur cette notion de durée notamment, il me semble qu'on a franchi un nouveau cap : celui de la banalisation. On commence à vivre avec cette idée que tant qu'il y aura du pétrole à cet endroit de la Terre, il continuera inexorablement à s'écouler. Et si on vit avec cette idée, on l'accepte. On l'oublie un peu. (Il y a fort à parier que lorsque la Coupe du Monde sera terminée, le monde entier se rappellera que la fuite de pétrole, elle, n'est pas terminée.)

Et on accepte tacitement qu'une autre plate-forme pétrolière puisse exploser ailleurs, demain.

Pire : imaginez maintenant qu'une fuite similaire survienne quelque part dans le monde, et qu'elle ne concerne plus du pétrole, mais un matériau radioactif. Finirait-on de la même manière par accepter une telle situation ? Accepterions-nous avec fatalisme de voir un cancer radioactif se répandre à la surface du globe ?

Cela peut se produire n'importe où, n'importe quand. C'est peut-être même déjà en train de se produire (rappelons par exemple qu'à Tchernobyl, la question du cœur nucléaire enterré n'est toujours pas réglée...)

lundi, avril 12 2010

Lit de rivière (Gabriel Fabre)







Installation et photographie de Gabriel Fabre. 
Son site : ici

"Peut-être que les pensées sont des galets et que nous sommes le courant ?"  (G.Fabre)

mardi, mars 30 2010

Monde intérieur, monde extérieur



On cherche actuellement toutes sortes de solutions pour sauver la planète, la plupart du temps en vain. 

Faut-il agir par le bas, en montrant l'exemple autour de nous : cultiver ses légumes, manger bio, consommer moins, en espérant une hypothétique contagion ?

Ou agir par le haut, si on dispose d'une voix médiatique : tenter de convaincre les politiques de prendre les mesures nécessaires pour un meilleur respect de l'environnement ?

Tous ces efforts sont louables, mais à mon sens - et l'actualité récente le prouve, avec cette mascarade du Grenelle de l'environnement -, on n'arrivera jamais à rien de concret si l'on oublie ce fait essentiel : l'environnement commence par soi-même. La Nature, avant d'être dans les jardins, les fruits et légumes que l'on mange, elle se trouve d'abord dans nos pensées, dans nos émotions, dans nos actes.

Nos actes détruisent l'environnement extérieur. Ces actes sont la conséquence d'émotions ou de désirs, qui eux-même résultent de nos pensées. Apprenons à contrôler nos pensées et - entre autres résultats - nous améliorerons l'environnement extérieur. 

Le monde extérieur et le monde intérieur propre à chacun sont intimement liés, complémentaires. L'un crée l'autre, et réciproquement. Et pour se plonger dans notre monde intérieur, et ré-apprendre à le maîtriser, la musique n'est-elle pas une des aides les plus  précieuses qui soient ?

- page 1 de 3